Être acteur !

Publié le par Habibati


Tout est indiqué pour inciter le musulman à être pleinement acteur dans son environnement. Il est en effet nécessaire à tout un chacun d'agir sur les choses et d'interagir avec les événements. Le monde n'évolue que par l'accumulation de phénomènes créés par l'action humaine. Personne ne peut se passer d'agir ou de prendre des initiatives pour lui-même et les autres.


Tout est indiqué pour inciter le musulman à être pleinement acteur dans son environnement. Il est en effet nécessaire à tout un chacun d'agir sur les choses et d'interagir avec les événements. Le monde n'évolue que par l'accumulation de phénomènes créés par l'action humaine. Personne ne peut se passer d'agir ou de prendre des initiatives pour lui-même et les autres.

Sous prétexte d'une sincérité aux principes islamiques, certains musulmans véhiculent des idées fausses à cet égard. Ils disent que ce qu'il arrivera à coup sûr et que par conséquent rien ne sert à trop se soucier de ce qui se passera. D'après eux, que ce soit eux ou quelqu'un d'autre qui agit ou s'implique, cela ne changera rien aux caractéristiques de la situation future. Ils s'inscrivent dans une logique où cette position se renforce dès que les difficultés apparaissent. A les croire, la solution est de se détacher de la réalité (ce bas monde !) et de laisser les autres décider, agir et faire. La passivité, combinée avec le sentiment d'assurance injustifiée, reste leur recours.

Il s'agit là d'une attitude inacceptable du point de vue islamique. Elle est contre-productive et aliénante. Elle est contredite par les textes, l'histoire et l'expérience humaine. L'histoire nous apprend que les musulmans ont toujours été des acteurs infatigables pour influer sur les cours des événements et transformer les choses selon leurs principes universels. La norme chez le musulman était et est toujours de faire plus que prétendre et, d'agir et de ne pas se soumettre aux fluctuations de l'histoire.

Il y a certainement là un déficit d'éducation et de compréhension de la notion de ALKADR que certains traduisent par la destinée. ALKADAR est une notion primordiale dans la croyance musulmane. Parmi les conditions de la foi, l'on trouve la croyance en la destinée et les décisions divines agréables ou désagréables soient-elles. Nous n'allons pas détailler cet aspect mais juste dire que le musulman est sollicité explicitement pour exécuter (et accepter) les ordres divins et n'est aucunement appelé à se soumettre aux différentes réalités. Nous acceptons ces réalités en ce sens qu'ils sont le résultat des décisions divines mais nous avons le devoir islamique d'interagir avec ces réalités et de les transformer si besoin. Il y a des réalités qu'on doit absolument refuser. Il y en a d'autres qu'on doit transformer et d'autres qu'on peut admettre. Prenons un exemple, il fait froid. C'est une décision divine que cela existe. Nous l'acceptons en tant que telle car provenant de notre Créateur mais nous sommes appelés à l'affronter pour atténuer sinon effacer ses effets (se couvrir, s'abriter, mettre en place un système de chauffage ...). Un autre exemple : quelqu'un ose vous offenser en s'attaquant à votre vie privée. C'est un fait que le musulman doit obligatoirement refuser et y faire face. Ne pas le faire est à même de remettre en cause son identité musulmane.

La notion de ALKADAR est source de dynamisme et de liberté. Seul le croyant musulman en détient le secret. Selon la croyance musulmane, tout se passe selon la volonté divine, laquelle a attribué une liberté relative à l'homme pour choisir d'être ou de ne pas être parmi les bons serviteurs de Dieu. Ce qui se passe dans le monde relève de la décision divine et le musulman se voit comme acteur de cela, participant avec l'aide de Dieu aux changements et aux événements de ce monde.

C'est une trahison que de rester en marge de la société. C'est une faute grave que de la motiver par une compréhension erronée du sens de la foi musulmane. C'est contraire à l'esprit islamique lequel veut que le sujet musulman soit porteur de mission envers l'humanité. Cette mission lui impose de s'instruire et d'instruire, d'agir et d'aider, de s'affirmer et de se faire respecter. L'attitude passive, démissionnaire est à l'opposé des attentes et des valeurs coraniques.

Enfin, rien ne légitime les tentatives de manipulation de certains qui présentent la personnalité musulmane comme une personnalité fataliste, irréfléchie, incapable et lâche. C'est toujours la même chose : soit le musulman est passif et on propose des explications raisonnée de cette passivité, soit il est actif et on le décrit comme un danger publique. Dans les deux cas, on retrouve les attitudes de mépris ou les fantasmes de peur non fondés. L'ignorance de l'islam en est également pour quelque chose.

Publié dans Rappels

Commenter cet article